Conférence-débat sur le « Processus de Désarmement, Démobilisation, Réintégration et Rapatriement (DDRR) » en RCA

Soucieux de faire connaître le processus du Désarmement, Démobilisation, Réintégration et Rapatriement (DDRR) au grand public, le Centre Catholique Universitaire (CCU) a organisé, samedi 27 janvier 2018 en son sein, une conférence-débat avec comme orateur Jean-Pierre BETINDJI, chargé des relations avec les groupes armés à l’unité d’exécution du programme national DDRR, à Bangui.

Après avoir défini le concept de « Désarmement, Démobilisation, Réintégration et Rapatriement » (DDRR) et le contexte sociopolitique qui justifie sa mise en œuvre en RCA, M BETINDJI a donné des détails liés à la phase pilote de ce programme. Ces détails présentent les enjeux et les espoirs que suscite la mise en œuvre de cette phase pilote qui se déroulera en 3 étapes :

1ère étape : DESARMEMENT- DEMOBILISATION

560 combattants issus des groupes armés, listés au préalable avec leur armement, seront désarmés et démobilisés par une Equipe Mobile de Désarmement /Démobilisation(EMD) de l’unité d’Exécution du Programme National de Désarmement, de Démobilisation, Réintégration, Rapatriement (UEPNDDRR).

  • Les activités à mener seront axées sur : la sensibilisation, le désarmement, la séparation des enfants, l’enregistrement, le profilage, le criblage, le contrôle, l’éligibilité et l’orientation.

2ème étape : INTEGRATION FACA

Après criblage et vérification de leur éligibilité, une première vague de 140 démobilisés sera orientée vers l’intégration dans les Forces Armées Centrafricaines (FACA). Ce volet sera conduit par l’Etat – major FACA avec l’appui de l’EUTM (Force Européenne) qui assurera la formation et l’instruction militaires pendant quatre mois. Assistés par la MINUSCA, les 140 premiers démobilisés vont rejoindre le centre de formation Camp Kassaï à Bangui ou ils seront préparés à intégrer les FACA.

  • Une deuxième vague de démobilisés prendra le relais de la formation après que la première soit sortie du Camp Kassaï.

3ème étape : REINTEGRATION COMMUNAUTAIRE

Avec l’appui de la banque mondiale, 280 démobilisés seront orientés vers la réintégration socio-économique avec un nombre équivalent de bénéficiaires issus des communautés locales. La réintégration communautaire sera axée vers le renforcement et le développement des capacités professionnelles techniques des démobilisés et des membres de la communauté.

  • Les activités à mener seront axées sur : l’appui aux activités génératrices de revenus individuelles ou collectives (mécanique, soudure, électrique ; menuiserie ; conduite automobile ; agriculture élevage commerce couture bureautique entre autre). Les subventions de projets en matière de relèvement de la communauté (construction /réhabilitation des infrastructures de base). La réintégration sociale et les activités de réconciliation.